Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 07:52
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020

Le feuilleton du SMITU transfensch continu...cela tient plus de la godille qu'un cap fiable.

ARticle du RL

Réunion du Smitu : les cinq infos à retenir

Après la marche arrière, marche avant… Parmi les dossiers examinés par le Smitu en comité syndical, le retour acté de l’ancien réseau au premier jour des vacances de février. Amendé dans les grandes largeurs, ce plan de circulation ne devrait pas lever de polémique cette fois.

Par Jean-Michel CAVALLI

1. Les communes de la CCCE ne ferment pas la porte

« Je prévois de m’entretenir avec le président Paquet la semaine prochaine. Ce soir, je vais donc m’abstenir d’évoquer ce sujet. Même si je trouve cette prise de compétence très légitime. » Roger Schreiber ne souhaite pas en dire plus. Mais il en a déjà trop dit. « Légitime » : le terme, employé par le président du Smitu pour qualifier les supposés désirs d’émancipation de la Communauté de communes de Cattenom et environs (CCCE) vis-à-vis du syndicat, planera sur ce comité syndical. Pour synthétiser, le retour récent d’une étude commandée par l’EPCI pourrait tendre vers une prise de la compétence « mobilité » par l’interco. Six communes dites isolées du territoire de la CCCE, desservies par le réseau Citéline, seraient concernées par la création d’un réseau de bus à l’échelle de la com’ com. L’emploi du conditionnel est volontaire, il doit nécessairement habiller cette option.

Avec gravité, émotion même, le maire Roland Balcerzak revient sur cette annonce « qui n’est pas une surprise. Le président Michel Paquet n’a fait que dévoiler les résultats d’une étude que nous menions depuis vingt-quatre mois […] Ce qui nous habite, c’est de mailler le milieu rural pour que plus aucune commune ne soit victime d’une absence de service ». Michel Hergat, le maire d’Entrange, ne va pas plus loin, lui aussi, dans les projections : « Notre position va dans l’intérêt de nos habitants. Nous sommes dans une logique constructive, notre volonté n’est pas de tout casser ». « Merci de dire que la porte n’est pas fermée », conclura Roger Schreiber.

2. Le financement de Citézen dévoilé

Citézen séduit de nouveaux financeurs. L’actualisation du plan de financement de ce projet de futur bus à haut niveau de service (BHNS), qui reliera en 2026 les agglomérations de Thionville et Hayange, introduit deux nouveaux prêteurs. Ce qui porte à quatre le nombre d’établissements bancaires susceptibles d’accompagner le Smitu dans son projet structurant : « Aujourd’hui, nous disposons donc d’une capacité d’emprunt de 160 M€ pour un reste à réaliser de 143 M€», comptabilise Pierre Tacconi. Preuve que ce BHNS, lesté d’une motorisation électrique, paraît lancé sur de bons rails.

3. Un geste commercial pour les usagers

« Une rentrée très agitée ». Doux euphémisme. En septembre dernier, le nouveau plan de circulation des bus de TransFensch avait levé un fort vent de contestation. Et entraîné, rapidement, la mise en sommeil de la nouvelle desserte et le retour au réseau de 2019. Histoire de solder ce mauvais souvenir, le Smitu, par la voix de Bernard Veinnant, propose un geste commercial aux usagers. Qui prend la forme d’un avoir de 10 % sur l’abonnement Pass S’cool : « Il faut simplement que les bénéficiaires le demandent ». Sans remettre en cause ce dispositif d’indemnisation, certaines voix dans l’assemblée ont réclamé que ce remboursement ne soit assujetti à aucune démarche des abonnés. Après un vote à main levée, c’est finalement la position initiale du Smitu qui l’emporte.

4. Le retour au réseau le 22 février

Marche arrière, marche avant … C’est officiel : le Smitu relancera, le 22 février prochain, son plan de circulation tant décrié à la rentrée. Pas de panique, toutefois : celui-ci devrait être profondément amendé. « Je rencontre actuellement tous les maires pour recaler ce plan », indique Bernard Veinnant.

Lequel rappelle l’incidence financière de cette refonte : « Pour que chaque commune puisse disposer d’une desserte minimum, il faudra nécessairement augmenter l’enveloppe des kilomètres. »

5. Une 3e  voie vers le Luxembourg à l’étude

Rajouté à la hâte à l’ordre du jour par Roger Schreiber, un petit point loin d’être anodin.

Sur requête du préfet de Moselle, le président du Smitu est invité à s’intéresser à la création d’une troisième ligne vers le Luxembourg, en complément du BHNS : « Elle partirait de Thionville et passerait par Hettange, Kanfen, Volmerange-les-Mines, etc. » Sur le territoire de la CCCE, donc.

La voie de l’union avec les communes isolées n’est-elle pas toute trouvée ?

USAG’ThiFensch reste à la porte du Smitu…

Le ton est monté, lundi soir, à Veymerange. Huit membres de l’association USAG’ThiFensch, bien décidés à assister aux débats, se sont vus refuser l’accès à la réunion du Smitu. « C’était beaucoup trop serré pour les recevoir du point de vue du respect des distanciations sociales », justifie Roger Schreiber. Le président a toutefois autorisé Brigitte Vaïsse et Guy Harau à prendre place dans le public : « Madame Vaïsse est conseillère régionale en charge de la mobilité. Et monsieur Harau pouvait représenter cette association d’usagers ». Pas de quoi satisfaire Yan Rutili. Arguant qu’aucune mention ne spécifiait le huis clos de ce comité syndical, le président de l’USAG’ThiFensch a introduit un recours gracieux auprès du sous-préfet et un autre recours contentieux devant le juge administratif. La visée de ces actions ? « Pointer l’irrégularité de cette réunion et obtenir l’annulation des délibérations. »

SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
Bus de ville : un comité syndical à enjeu ce lundi ?

De l’aveu de certains élus du syndicat qui gère le réseau de bus nord mosellan, la réunion de ce lundi 23 novembre s’avance comme majeure. L’avenir du transport collectif est en jeu. Avec son lot d’incertitudes : un consensus politique qui tarde à venir et un départ envisagé de certaines communes.

Les langues se délient (un peu) du côté des élus du Syndicat mixte des transports urbains Thionville-Fensch. Sous le masque, certains commencent à s’impatienter. Voire déchanter. Et espèrent mettre sur les rails, au plus vite, un avenir plus radieux pour le réseau de bus nord mosellan, en proie à des difficultés chroniques.

« Il faut mettre les choses à plat, et surtout faire avancer le collectif », souffle-t-on du côté de la Fensch. Une évidence, pense-t-on, mais il y a un contexte politique et financier qui bloque. Cette semaine, l’annonce du président de la Communauté de communes de Cattenom et environs (CCCE) d’envisager sérieusement la prise de compétence mobilité – comprendre que l’EPCI et ses six communes isolées adhérentes au Smitu souhaitent leur propre réseau de bus – a ajouté davantage de crispations.

Dans la configuration actuelle des choses, le moins « compliqué » va consister à mettre – à nouveau – la main à la poche, principalement les deux communautés d’agglomération Val de Fensch et Portes de France. La thématique sera évoquée ce lundi en comité syndical, lorsqu’il s’agira d’aborder les points 5, 6, 7 et 8 : participations des collectivités 2020, budget supplémentaire 2020 et plan de financement actualisé du projet Citézen (bus à haut niveau de service).

Tensions vives

Il sera en revanche a priori plus difficile de trouver un consensus politique. Les tensions sont vives. Certains choix stratégiques sont loin de faire pas l’unanimité. En sous-marin, des échanges agacent. Et peut-être que la réunion de ce lundi les mettra en exergue.

Au registre des bonnes nouvelles, il sera enfin question de « sanctuariser le service scolaire jusqu’à la fin juin 2021 », pour ne pas chambouler une nouvelle fois les élèves déboussolés par le nouveau réseau mis en place en septembre dernier et vite abandonné.

SMITU et horaires des bus au 22 09 2020

L'on revient aux anciens horaires, c'est mieux mais ce n'est pas parfait.

Par contre c'est hallucinant tous les politiques locaux etc etc qui revendiquent la paternité de ce retour en arrière.....honte à eux! La paternité vient de toux ceux qui ont fait entendre leur voix.

 

Retour à l'ancien réseau de bus dans le Thionvillois et la vallée de la Fensch

Nouveau rebondissement dans le feuilleton du Smitu, le syndicat mixte qui gère le réseau de bus du Thionvillois et de la vallée de la Fensch. Trois semaines après la mise en place de son nouveau réseau de bus, très critiqué, il décide de revenir en arrière.

Les critiques pleuvaient depuis trois semaines, et la mise en place du nouveau réseau de bus, dans le Thionvillois et la Vallée de la Fensch. Le Smitu, l'entité qui gère le réseau Citéline, a décidé de revenir à l'ancien réseau de bus, celui en vigueur avant le 1er septembre 2020. 

Encore 3 semaines d'attente

Les usagers de Citéline vont devoir attendre encore un peu plus de trois semaines, avant de retrouver leur ancien réseau. Dès les vacances de la Toussaint, le 19 octobre, l'ancien réseau reprendra du service en mode "vacances". Et dès le 2 novembre, au retour des élèves dans les collèges et lycées, remise en service de l'ancien réseau avec les horaires "période scolaire", et avec les lignes dédiées aux établissements scolaires. 

Pourquoi tant de temps ? Car on ne change pas un plan de transports en deux jours. Il faut réadapter les lignes de bus, rétablir les dessertes qui avaient été modifiées ou supprimées, que les conducteurs reprennent leurs anciennes habitudes.  

C'est Michel Liebgott, le président de la Communauté d'agglomération du Val de Fensch et maire de Fameck, qui a annoncé, le premier, la nouvelle, via un communiqué de presse. 

Problèmes non résolus

Si Michel Liebgott se félicite de cette décision, il estime que les problèmes ne sont pas résolus pour autant. "Depuis que je suis élu, j'entends que à la Trans Fensch, que ça va mal au Smitu, qu'il y a des déficits cumulés... J'ai redemandé au préfet de nous réunir à nouveau pour refaire un point précis sur les engagements que nous devons tenir par rapport aux dysfonctionnements graves sur le plan financier, et par rapport au BHNS, le bus du futur."

Car le nouveau réseau Citéline, entré en vigueur début septembre, visait à préparer l'arrivée, d'ici six à huit ans, d'un BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) dans le nord mosellan. L'ensemble des lignes a été redessiné, certains arrêts supprimés, ce qui a entraîné une réelle pagaille, notamment pour les transports scolaires. Les critiques sont venues de toutes parts : des conducteurs de bus de la Trans Fensch, des élus des 35 communes concernées, et des usagers, qui se sont même constitués en association pour pouvoir être entendus.

Le Smitu avait promis des ajustements, des corrections rapides. Mais il y a encore quelques jours, il n'était pas question de revenir en arrière. Il décide cette fois se donner un peu de temps - peut-être un an, peut-être deux -, pour proposer un nouveau réseau plus cohérent et plus efficace.

Il faudra aussi se pencher, d'ici le printemps prochain, sur une éventuelle délégation de service public, avec une entreprise privée qui pourrait reprendre l'exploitation des bus. La décision doit être étudiée dans les prochaines semaines.

SMITU et horaires des bus au 29 08 2020

Bon rentrée 2020 c'est de nouveau le gros bordel sur les horaires des bus, tous les clans politiques d'Algrange "découvrent" le sujet et s'excitent mutuellement......jusqu'au prochains horaires. Disons le tout net, tous étaient plus ou moins au parfum du sujet et ceux qui jurent qu'ils n'y étaient pas ne s'intéressent pas à la vie de la ville mais plutôt à comment faire pour être "vizir à la place du vizir". Car ne l'oublions pas, tous ont des représentant de leur "clan" au conseil du SMITU.

Si vous remontez ce posts cela vous éclairera sur l'historique du sujet...édifiant !

 

En gros il y a une pétition (LIEN) qui dit:

Par la présente, je tiens à vous signaler mon mécontentement quant au nouveau plan de circulation adopté par la compagnie Citéline dont le SMITU est l’autorité régulatrice. 

En effet, la suppression de différentes lignes, risque d’allonger considérablement les temps de trajet en direction de Thionville notamment, en favorisant des correspondances. À l’heure, où l’on parle d’écologie, où le Luxembourg ainsi que de plus en plus de villes en France appliquent la gratuité des transports pour favoriser des modes de déplacements collectifs, cette décision de supprimer les lignes directes va à l’encontre de l’histoire.

Le BHNS, censé fluidifier le réseau et réduire les temps de trajet ne verra malheureusement le jour que d’ici quelques années. Ces mesures vont, en attendant, compliquer considérablement la vie des usagers. Ceux qui le pourront, préféreront utiliser leurs voitures si leurs temps de trajets sont allongés.

De plus, cette décision est prise une nouvelle fois, pendant les vacances scolaires, sans concertation avec les usagers. À moins d’une semaine de son application, les horaires ne sont d’ailleurs toujours pas diffusés.

Nous vous demandons de revenir sur ces mesures et nous vous invitons à lancer une concertation au sein de la population pour connaitre les attentes des citoyens.

Article du RL qui effleure le sujet:

Citéline : perturbations annoncées dès la rentrée

la rentrée pourrait être perturbée sur le réseau de bus Citéline. Un préavis de grève a été déposé par les syndicats FO et CGT de la TransFensch, à compter du 1er et jusqu’au 4 septembre.

Les salariés dénoncent le blocage des salaires et un problème de gouvernance. Ils s’inquiètent également de la réorganisation du réseau qui sera mise en place mardi 1er  septembre, « sans préparation. 

Ce nouveau plan de transport, dévoilé il y a seulement quelques jours, est déjà très critiqué par les usagers. Plusieurs pétitions circulent notamment contre la suppression de lignes directes.

 

Peron, et donc son groupe indique:

BHNS...
Traduisez Bus à Haut Niveau de Service.
Voilà la priorité des dirigeants du Smitu qui gèrent Céline.
Et pour "offrir" ce haut niveau de service, ils ont trouvée méthode qui crée un profond mécontentement chez les usagers.
En effet, pour les dirigeants cela passe par des suppressions de lignes.
Ainsi pour Algrange, après la suppression du transport scolaire Algrange-Fameck, des bus les dimanches, c'est au tour les lignes 32 et 02.
A regarder les projets de ce BHNS, qui va coûter 220 millions €, ce sont surtout les villes de Thionville et celles autour qui vont en profiter.
Les usagers de ces communes vont gagner du temps de transport mais pour les autres, galère assurée et temps de trajet rallongé.
Ces décisions doivent être abonnées et revues pour assurer une égalité de transport pour les populations de toutes les communes.
Le personnel de Citeline annonce une mobilisation, il a raison.
Je vais interpeller les présidents du Smitu, des communautés d'agglomération et le sous préfet.
Le haut niveau de service ne doit pas se traduire par des suppressions de lignes !

Cerbai et son groupe indique:

Nouveau plan de circulation Citéline : une décision anti-démocratique à contre-courant de l’histoire.
Comme de nombreux citoyens, nous venons de prendre connaissance du nouveau plan de circulation proposé par Citéline. Ce plan, annoncé fin août pour une application au 1er septembre, entérine la suppression de nombreuses lignes directes pour privilégier des correspondantes avec des lignes dites « structurantes ». Le cadencement de ces lignes n’est à ce jour toujours pas annoncé (pour une application dans moins d’une semaine) mais ces mesures risquent d’allonger considérablement les temps de trajet, notamment pour notre ville en direction de Thionville.
A l’heure où l’on parle de réchauffement climatique, de préférer les transports collectifs, que de nombreuses villes en France instituent la gratuité des transports pour favoriser les transports en communs, le SMITU va dans le sens inverse en supprimant à nouveau des lignes. Rappelez-vous la suppression des lignes scolaires à la rentrée 2018.
Suite à ces décisions, de nombreuses personnes risquent de préférer emprunter leurs voitures et délaisseront le réseau Citéline. Voilà peut-être l’objectif caché, rendre le service moins rentable pour le laisser à la suite à une entreprise privée (M SCHREIBER, président du SMITU, avait déjà évoqué l’hypothèse d’une nouvelle délégation de service public lors du mandat précédent).
Contacté, Citéline, dit avoir réalisé ce nouveau plan en accord avec les élus locaux. Nous nous étonnons de ne pas avoir entendu parler de ces aménagements lors du conseil municipal, ni même avoir vu une réaction du maire les dénonçant. L’adage veut que « Qui ne dit mot, consent ! »
Nous avions proposé lors de la campagne notre volonté de créer au sein du Smitu, une commission composée d’usagers, organe consultatif permettant de recueillir leurs avis sur les nouvelles organisations. Le Smitu a fait le choix une nouvelle fois, avec l’accord du maire d’Algrange, de procéder en catimini contre le bon sens.

Adiamini et son groupe:

Pas de réaction (officielle) pour l'instant

ou l'on reparle du smitu...l'histoire sans fin.

Heureusement que le RL en cause un peu parce que les politiques sont plutôt muet sur le sujet....et pour cause !

Citéline : chez les usagers, la colère monte

L’histoire de Séverine est devenue tristement banale. Abonnée Citéline depuis vingt ans, cette usagère des transports en commun Thionville-Fensch dénonce une situation intenable. Retards, annulations et oublis d’arrêts se multiplient. L’exaspération gagne du terrain.

Cela fait vingt ans que Séverine ne se déplace qu’en bus. « Je n’ai pas de voiture par choix », indique la Yussoise. Depuis vingt ans donc, elle emprunte deux à trois fois par jour, du lundi au vendredi, la ligne 3 entre Yutz et Thionville. Elle paie un abonnement mensuel d’un montant de 35 euros en partie financé par son employeur. Tout roule ou presque…

Car depuis « trois ans environ », les perturbations s’accumulent sur la ligne 3. Elle dénonce des suppressions de dernière minute, retards, bus simples bondés aux heures de pointe, arrêts oubliés… « La première chose que je fais en me levant le matin est de regarder sur le site de Citéline si mon bus n’est pas supprimé. Je suis toujours dans l’incertitude. Je n’ai plus la garantie d’être à l’heure à mon travail ou de pouvoir rentrer chez moi le soir alors que je paie pour ça », regrette Séverine.

Mercredi dernier, son exaspération est encore montée d’un cran. Alors qu’elle attend son bus quai Crauser à Thionville, un premier autocar, celui de 19h26, passe devant l’arrêt sans même ralentir. « J’ai pourtant fait signe au chauffeur mais il a tracé sa route sans sourciller. J’ai attendu le suivant. Que pouvais-je faire d’autre ? »

« Un scandale »

« Dans l’intervalle, d’autres personnes m’ont rejoint à l’arrêt. 19h56, le bus (le dernier en direction de Yutz Actipôle) arrive. On fait signe au chauffeur, et là, il passe de nouveau sans s’arrêter. On a même couru derrière en agitant les bras… Il n’a rien vu ou rien voulu voir. »

Furieuse, et surtout inquiète de ne pouvoir rentrer chez elle autrement qu’à pied. Elle hèle un bus de la ligne 4, monte à bord, explique au chauffeur ce qui s’est passé et lui demande d’appeler un contrôleur. Il refuse. Le ton monte. Finalement, un représentant de Citéline arrive encadré de policiers. Séverine est très remontée et surtout vexée. « Je paie un service, je ne vole pas l’argent », se défend-elle. « Le lendemain, j’ai tenté de contacter Citéline pour les alerter sur le fait que régulièrement, les bus ne s’arrêtent pas. Il faut insister pour avoir quelqu’un. Chacune de mes tentatives, et ce depuis des mois, est restée lettre morte. Quant au remboursement promis, comme par hasard, il ne s’applique pas aux abonnements… Un scandale ! »

Nawel : « On achète des abonnements pour finir à pied »

Les usagers font part de leur colère sur les réseaux sociaux.  Photo RL /Julio PELAEZ
Les usagers font part de leur colère sur les réseaux sociaux.  Photo RL /Julio PELAEZ

Les perturbations ne sont pas l’apanage de certaines lignes mais touchent tous les secteurs. Les usagers à bout témoignent sur les réseaux sociaux. Si la colère prend souvent le pas, les problèmes et les dysfonctionnements sont réels. Témoignages.

Yolande  : « Ce matin on a dû attendre 2h30 pour aller à Yutz »

Claire : « C’est de pire en pire la Citéline… plus d’une fois les bus passent et ne s’arrêtent pas alors que tu as une poussette et qu’il pleut »

Valérie  : « 90 personnes en moyenne debout dans les bus qui ramènent nos enfants de Thionville tous les soirs et à toute heure, est-ce normal ? Et la sécurité dans tout ça ? »

Céline  : « Encore une fois pas de bus ce matin à 7h31. Les enfants de Saint-Nicolas qui vont à pied au collège, c’est normal ça ? »

Jean-Yves  : « Un bus par heure au lieu de trois auparavant… Inacceptable. Allez voir les lignes 10 et 14 qui débordent le soir de Thionville vers Hettange par exemple… »

Martine  : « Il y a continuellement des perturbations, les jeunes n’ont pas de bus pour se rendre au collège. Les parents sont à bout… »

Mathieu  : « Vos bus incapables d’être à l’heure, les correspondances qui n’attendent pas, impossible de vous joindre. Lamentable. Vous êtes de pire en pire. Vous recevez quantité de lynchages par jour, vous ne vous dites pas qu’à un moment donné il y a un souci quelque part ? »

Priscilla  : « Encore une fois (en mode blasée), le bus 3 de 8h04 arrêt rocade vers Thionville n’est pas passé. »

Jordan  : «… Je vous paye pour arriver en retard au travail malgré le fait que je prenne deux bus d’avance »

Joe  : « Une fois de plus expliquez-nous comment font les lycéens qui habitent à Boulange pour revenir de Thionville ? »

Sandra  : « Pas de bus, circuit non respecté, horaires non respectés, bus blindé, retards répétitifs… »

Nawel  : « Le bus 1 ou 2 ne s’arrête que rarement à l’arrêt Culture pain. Il est plein. On achète des abonnements pour finir à pied. »

C. R.

 

 

AUTRE INFO

Une délégation de service public… pour voir

À l’ordre du jour de la réunion du comité du Smitu, l’autorité qui gère le réseau de bus nord mosellan, la proposition de recours à une délégation de service public pour la TransFensch. « Au cas où… » Une option au final adoptée, mais qui a été loin de faire l’unanimité.

Le Syndicat mixte des transports urbains Thionville Fensch (Smitu) va mieux. « Pour preuve, les banques estiment que le projet de Bus à haut niveau de service (BHNS) est finançable », abonde Bruno Sapin, vice-président du syndicat. La TransFensch aussi va mieux, même si ces bons résultats ne sont pas encore au niveau. « La santé de la TransFensch influe sur l’avenir du BHNS », confirme le maire de Yutz. Reste donc à savoir s’il convient, ou non, de changer le mode gestion, comme le point 3 inscrit à l’ordre du jour de la réunion du comité syndical pouvait le laisser entendre.

« On essaie de tout faire pour que le service public puisse perdurer »

Mis au parfum, une dizaine de représentants du personnel et autres syndicalistes sont venus assister aux débats, mercredi 23 octobre. « Je tiens à rassurer les délégués syndicaux présents ce soir », a tenu tout de suite à dédramatiser le président, Roger Schreiber. « On essaie de tout faire pour que le service public puisse perdurer. Mais je ne veux pas prendre de risques. Si on n’a pas assez de crédits, on ira tout droit vers un dépôt de bilan, des licenciements, etc. Mais on n’en est pas encore là. Aussi je propose qu’on lance la procédure de délégation de service public, qui est très longue (sept mois, NDLR). Après, on décidera d’attribuer ou pas, en fonction de la situation de la TransFensch et des résultats des offres. »

Errements précédents

Précisions que la délégation de service public est un contrat par lequel, une personne morale de droit public, confie la gestion d’un service public dont elle a la responsabilité, à un délégataire public ou privé, dont la rémunération est substantiellement liée au résultat de l’exploitation du service. Maire de Serémange-Erzange, Serge Jurczak, a avoué « ne pas bien comprendre pourquoi, à cinq mois des élections municipales, nous sommes appelés à revoir le mode de gestion de la TransFensch, qui connaît de bons résultats, même si le taux d’absentéisme a explosé. Le choix est donc de la maintenir en l’état, ou de concéder le réseau au privé. Je pense que c’est une erreur, que c’est prématuré ». « En deux ans de présidence, je ne peux assumer les errements précédents », a pour sa part argumenté Roger Schreiber, à propos du versement transport majoré (VT majoré) qui empoisonne la vie du syndicat depuis 2011. On parle quand même de 50 € qui devraient se retrouver dans les caisses et qu’il n’en est rien. « Des recherches pour responsabilités seront menées », promet-il d’ailleurs.

Trente voix pour et vingt abstentions

« La situation financière est dramatique et les collectivités n’auront pas les moyens d’apporter les fonds nécessaires », partage l’adjoint thionvillois aux finances, Jean-Marc Louis. « Lançons le processus de délégation de service public et examinons toutes les solutions qui se présenteront », propose-t-il. Trente voix l’ont suivi, vingt se sont abstenues. La première étape du projet Citézen concernant la restructuration du réseau devrait être effective à la rentrée 2020, le projet global ayant quant à lui été ramené à 2026.

O.M.

 

Algrange ligne de bus supprimée rentrée 2018 ?  suite au 04 09 18

On entre dans l'ère du bricolage apparement...

article du RL

Algrange: la pétition grossit et le Smitu « ajuste »

La suppression d’une vingtaine de lignes scolaires passe mal dans la Vallée. Alors qu’une pétition appelant au rétablissement de ces bus circule, le Smitu fait le point sur la nouvelle organisation.

Pourquoi les lignes scolaires ont-elles été supprimées ?

Les problèmes financiers de la TransFensch, gestionnaire du réseau Citéline, ont conduit à « rationaliser le réseau » et à « chercher des pistes d’économies », synthétise Jérôme Barbé, vice-président du Smitu , en charge du transport et du réseau. En s’appuyant sur un constat : d’un côté un réseau urbain vide par endroits, de l’autre, des bus scolaires. « Un ajustement a été opéré pour éviter que les lignes régulières de Citéline ne tournent à vide. Nous avons donc été amenés à rabattre les scolaires sur les lignes urbaines régulières.  »

Quels changements pour les scolaires ?

« Nous avons étudié la situation pour que les enfants soient impactés raisonnablement », assure Jérôme Barbé. Avec deux conditions que le Smitu s’est attaché, insiste le vice-président, à respecter : « Un horaire de départ qui ne soit pas décalé de plus de 10 minutes par rapport à l’horaire initial, et que cela ne rajoute qu’une seule correspondance par rapport au trajet précédent. »

Reste des points de crispation liés à « la configuration géographique du territoire » (par exemple : la ligne Rodemack-Ottange). « Les lycées sont dispatchés sur tout le territoire, l’organisation est parfois difficile à trouver », convient-on au Smitu.

Quelles mesures ?

Reste les aléas de la rentrée, avec des effectifs, — et donc, un taux de remplissage des bus –, pas toujours facile à anticiper. « On ne dit pas qu’il n’y aura pas de couacs, avance Jérôme Barbé, qui s’attend possiblement à des « turbulences ».

Pour pallier ce « flou » temporaire, des bus vides sont « en attente ». Ils seront immédiatement mis en service en cas de capacité insuffisante. « Nous allons procéder à une grande surveillance du réseau, assure Jérôme Barbé. Et évidemment, on ajustera au besoin. »

Pétition : et après ?

« Le service fonctionne, il n’y a pas lieu de revenir en arrière. » Selon le Smitu , une meilleure utilisation, voire connaissance, du réseau, pourrait permettre de lever certains problèmes : « Pourquoi prendre un bus à 6h26 pour se rendre au lycée de Fameck depuis Algrange (lire notre article du 01/09) alors que les usagers peuvent très bien monter dans celui de 7h02 ? La correspondance à Florange se fait « à vue », c’est-à-dire que le bus de la ligne 52 attend le bus de la ligne 2. En cas de très gros retard, un deuxième bus se met en place. Ce qui est rapide puisque l’arrêt est situé devant la Centrale de TransFensch. »

Les parents d’élèves verront à l’usage. En attendant, la pétition en ligne approche les 800 signatures.

Algrange ligne de bus supprimée rentrée 2018 ?  suite au 02 09 18

Il y a ce qui se dit dans le journal et les grands discours...et puis il y a des échanges sur FB.....ou ce sont les mêmes(ou leurs représentants) qui ont voté les suppressions, en avril et juin des bus, qui disertent sur le sujet...

On apprend aussi que le préfet a indiqué que notre transport de bus est au bord du dépot de bilan.

Quelques morceaux choisi:

 

 

* à ce que je sache la décision de diminuer les kilomètres et multiplier temps trajets pour scolaires à la rentrée à été votée à quasiment la majorité des élus, il y a quelques mois! On a rien anticipé....la France était morte comme chaque année pendant les 2 mois d été....et on lève les bras au ciel en catastrophe à la rentrée via plein de réunions de "crises"...quand souci devant soi...

 

* ce sont les collectivités qui financent le Smitu et ce sont des élus qui y siègent. Donc il y a possibilité de faire pression pour ceux qui ont envie de défendre les usagers.

 

* je pense que beaucoup d’élus au Smitu se désintéressent de la question, ce qui semble confirmé par les articles dans le RL de ce matin. Ce journal est effrayant. On y parle des problèmes de bus, puis de la fermeture du guichet de la gare d’Hayange, et la menace de fermeture de la gare (13 usagers par jour !) puis des problèmes de train entre la France et le Luxembourg... en bref, la question des transports a de quoi faire grincer des dents en Moselle Nord... au risque que nous savons tous..!

 

* Ils s'y intéressent plus que tu ne le crois ........ Mais existe-t-il vraiment une solution pour satisfaire toutes les problématiques liées à la mobilité. Comment sauver une Spl calibrée pour un trafic qu'elle n'a plus ? Comment éviter des dégâts sociaux dans l'entreprise publique ? Comment développer un réseau sans moyens supplémentaires qui sont autant d'impôts potentiels ? Un ticket sans subvention publique serait impossible à régler pour la plupart des familles. Un peu comme les piscines 5,5€ un billet normal quand le coût réel est de 11€. Franchement c'est très complexe et les élus font ce qu'ils peuvent avec ce sujet des plus compliqué. Maintenant c'est vrai qu'il y a un problème de communication avec les usagers et sur ce point les élus doivent se fâcher ! Je précise également qu'une réunion d'information s'est tenue à la Cavf avant les vacances à la demande de son Président. Une nouvelle aura lieu vendredi et on tirera les conclusions.

 

* Les deux ponts concernent le BHNS à venir.(enquête publique en cours).la situation actuelle du SMITU et de la transfensch est un autre problème(le préfet et la direction des finances publiques nous ont rappelé qu’il fallait immédiatement redresser la situation,faute de quoi la société dépose son bilan...et il n’y a plus de bus.c’est dans ce contexte qu’il nous faut trouver des solutions pour le transport scolaire qui lui est absolument nécessaire.

 

*

La Transfench irai t elle droit dans le mur ?

La Transfench irai t elle droit dans le mur ?

ARTICLE DU RL DU  01 09 1018

Suppression de bus scolaires : «  Ma fille fait plus d’heures qu’un ouvrier ! »

Debout 5 h 30, retour à la maison après 18 h. Voilà ce qui attend certains élèves de la Vallée de la Fensch. La raison ? La suppression de bus scolaires par le Smitu. Les parents sont en colère.

SMITU et horaires des bus au 25 11 2020

Un réveil programmé sur 5 h 30 et des paupières lourdes. Deux heures de trajet, encore ensommeillée, dans un bus chargé. Attendre sa correspondance jusqu’à 7 h 35 à Florange, à la Centrale, et arriver au lycée Saint-Exupéry, à Fameck, au moment où la sonnerie retentit. Puis seulement, commencer sa journée de cours. Le ventre vide « parce que se lever vingt minutes plus tôt pour un petit déj, c’est juste pas possible ». Depuis l’an dernier, c’est la routine de Sheraze, une Algrangeoise de 16 ans, suite à la suppression des bus scolaires dans plusieurs communes de la vallée de la Fensch, du Pays-Haut et d’une partie du Thionvillois.

La mesure, engagée par les élus du Smitu (syndicat mixte des transports de l’agglomération Thionville-Fensch) pour des raisons budgétaires, se durcit à l’occasion de la rentrée de septembre. Résultat : lundi, les élèves devront emprunter les lignes régulières pour aller à l’école. Et pour les parents, ça n’a rien d’anecdotique. « Les trajets sont interminables, les gens sont comme dans une boîte à sardines, avec au mieux, deux correspondances, tempête Nadia Diaf. Ma fille part à 6 h 39, elle rentre à 18 h 15. Elle fait plus d’heures qu’un ouvrier ! Après, il faut enchaîner avec les devoirs… Souvent, elle va se coucher sans manger. Elle est trop fatiguée. A mon sens, cette situation met nos enfants en danger, ça a clairement des répercussions sur leur hygiène de vie, leur hygiène mentale. »

Plus de 700 signatures

Shéraze, elle, soupire. Convient d’une extrême fatigue, raconte « les copains qui piquent du nez en classe », ceux qui « s’endorment dans le bus au risque de louper l’arrêt. ». Ce parcours du combattant, cette élève brillante qui intégrera une 1re  S cette année, n’a d’autre choix que de l’accepter. « Je suis stressée pour lundi, souffle-t-elle. A ce rythme, je ne sais pas si j’arriverai à assumer la charge de travail en S, en section européenne en plus… Et encore, moi, je n’ai que deux changements de bus, d’autres, à Havange je crois, sont moins bien lotis… »

Les élus du Smitu ont été interpellés. « On nous dit qu’ils ne reviendront pas en arrière, déplore Nadia Diaf. Que les chauffeurs de bus signaleraient lorsque leur véhicule serait plein. Mais c’était déjà le cas l’an dernier ! J’ai vu des jeunes aller de Florange à Fameck à pied ! »

Une pétition a été lancée en ligne. Elle compte d’ores et déjà plus de 700 signatures. Le Parti ouvrier indépendant démocratique a relayé le message des parents d’élèves sur le marché de Hayange, jeudi. « On veut que les enfants réussissent mais tout ça vole en éclat parce qu’ici, ce sont ces problèmes de bus qui les empêchent d’avancer. Et on s’étonne de la baisse des résultats scolaires ? »

*Le Smitu n’a pas répondu à notre sollicitation.

Algrange ligne de bus supprimée rentrée 2018 ?  suite au 10 08 18

Je met en ligne le texte d'une lycéenne Algrangeoise qui résume bien la situation....l'on peut dire que presque tout y est !

 

Nous payons un service qui ne nous ai pas rendu. L’année dernière le E02 a été supprimé, et pour une première année au lycée, cela rajoutait un stress. De plus, l’hiver, dans le froid, nous devions attendre pendant plus d’une heure à l’arrêt quand, souvent, le 2 venait en retard ou ne venait pas. Donc en plus de supprimer des lignes scolaires, les autres lignes ne sont pas toujours opérationnelles. Ensuite, les lignes de substitutions étaient déjà remplies, alors que va-t-il se passer dans cette situation?

Tout cela pour quoi? Faire des économies alors que nous payons.
Comme toujours, nous sommes prévenus de ce changement un mois avant la rentrée, alors que le vote a été fait il y a bien des mois.

Aucune communication avec les usagers, jusqu’à maintenant, de la part d’aucun élu siégeant au SMITU.

Nous subissons, au lieu d’agir.

Algrange ligne de bus supprimé ?  suite au 08 08 18

Je vous passe le tableau des suppressions de ligne de bus pour la rentrée 2018....La ligne E02 c'est fini......aucun élu ne s'en est ému, faut dire que c'est eux qui dirige le SMITU/Transfench/Citéline !!!!!!!!!!! Il faut dire que ceux ci nous inondent d'infos sur leurs vacances au lieu d'agir pour garder des services publiques à la hauteur des attentes des concitoyens ......A chacun ses priorités !

Nota, en avril la réunion validant ces suppression avait lieu au smitu, les élus n'ont pas averti les usagers de ces suppressions même si certains n'ont pas voté pour ( mais sans alerter du sujet les concitoyens).

 

Une pétition est en ligne:

https://www.mesopinions.com/petition/enfants/suppression-lignes-scolaires-rentree-2018-2019/46689

 

 

SMITU et horaires des bus au 25 11 2020

Il est indiqué un questionnement sur le financement du smitu surtout si c'est pour construire des ponts à Thionville est il précisé....ML indique qu'il rediscutera le projet citezen car il semblerai que la prise en compte des demandes du VDF soit proportionnel à notre participation financière....on se ferait rouler dans la farine ?????

Conseil de communauté Val de Fensch 12 avril 18 Hopital et SMITU
Suppression et diminution des bus sur Algrange

L'article n'est pas exhaustif sur le sujet .

En complément il faut aussi savoir que le cadencement des lignes 01 et 02 deviendrait plus faible (1/2 h voire moins) en semaine et que la ligne 2 comme écrit serait quand à elle supprimé le dimanche.

Et il faut aussi savoir que lors de la mise en place de la ligne "CITEZEN" de nouvelle baisse de desserte seront à l'oeuvre...sachant que "CITEZEN" n'ira pas jusqu'à Algrange, la ville, les habitants seront presque plus isolés qu'un village en haute montagne.

#Algrange #smitu #transfensch

Suppression et diminution des bus sur Algrange
Algrange ligne de bus supprimé ? et les classes supprimées ? suite au 27 10 17

Article du RL sur le nouveau Président du SMITU...très intéressant à lire.

l'on y constate que tous ceux qui ont bombé du torse ces derniers temps en faisant des réunions, des pétitions, des déclarations...du vent en résumé ! Ils ne se sont même pas présentés comme candidat, pourtant avec tout le cinéma qu'ils nous ont fait en se présentant comme ceux qui savaient ce qu'il fallait faire c'était le moment d'en faire la démonstration !

Ils ont gagné le droit de la fermer sur la gestion du SMITU/Citéline/Transfensch....

Cerise sur le gâteau, certains qui avaient bombé le torse n'étaient même pas présent lors de ce vote....

SMITU et horaires des bus au 25 11 2020

L'article du RL en clair:

transports syndicat mixte des transports urbains thionville-fensch Roger Schreiber, un pilote qui a envie de rouler vite

Élu mardi soir président du Smitu avec deux tiers des voix de l’assemblée (32 voix sur 50 votants), le Thionvillois Roger Schreiber a conscience de l’immense chantier qui l’attend. «  On y arrivera tous ensemble  », martèle-t-il.

É tant donné que vous avez été le seul à postuler à la présidence du syndicat, permettez-nous de vous demander qu’est-ce qui vous a poussé à faire acte de candidature, pour ne pas dire, qu’êtes-vous donc allé faire dans cette galère ?

Roger SCHREIBER  : « Je dois bien vous admettre que je n’étais pas franchement candidat et que je me serais volontiers effacé au profit d’un autre candidat issu de l’agglomération de Portes de France Thionville ou issu du Val de Fensch. Ce sont quand même les deux territoires qui sont les plus impactés. Or j’avais fait le tour avant la réunion et aucun ne voulait vraiment se lancer. De plus, comme depuis 18 mois j’occupe la présidence de la TransFensch, "on" m’avait clairement fait comprendre que je serais clairement l’homme de la situation. Surtout connaissant ma ligne de conduite apolitique. Et puis je dois bien reconnaître que j’ai une certaine idée du service public chevillée au corps. C’est mon truc ! »

Excusez-nous de reformuler la question mais il faut quand même être sacrément motivé pour accepter la présidence d’un syndicat plombé par des problèmes autant sociaux que financiers, non ?

« C’est vrai que la situation est mauvaise, voire très mauvaise. Actuellement, nous sommes en attente du rapport de la direction générale des finances publiques qui a fait une analyse, laquelle doit désormais être dans les mains du préfet. À la lecture de ce rapport, nous espérons avoir des pistes de redressement. »

Dans ces conditions, croyez-vous toujours à la concrétisation du projet Citézen, soit des lignes de bus à haut niveau de service ?

« Pour moi ce projet est sur les rails et il est réalisable. L’ensemble va coûter 140 M€, étalés sur dix ans. Notre obligation, c’est de démarrer fin 2019 au plus tard, sinon on perdrait les subventions dédiées de l’État. Je tiendrai ce timing. En ma qualité d’ex-ingénieur des travaux publics, j’ai au moins cet avantage de savoir lire un plan (rires). »

Comment concilier la présidence de la TransFensch et celle du Smitu ?

« Pour moi c’est inconcevable de cumuler les deux. Aussi, dès la semaine prochaine, je m’entretiendrai avec mes vice-présidents pour qu’on trouve une solution d’organisation. »

Le gros problème du Smitu reste la gestion de la TransFensch et son absentéisme record. Vous-même, dans votre bref discours d’intronisation, vous avez déclaré que vous serez sans doute amené à prendre des "décisions courageuses". P ouvez-vous nous préciser le fond de votre pensée ?

« J’entends prendre rapidement rendez-vous avec le directeur de la CPAM pour qu’il m’explique comment il est possible d’atteindre des taux d’absentéisme allant jusqu’à 30 % certains jours. Pourquoi les gens de la TransFensch seraient-ils plus malades qu’ailleurs ? Sans aller jusqu’à parler d’arrêts dits de complaisance, comment ne pas penser que certains sont en train de vouloir tuer cette boîte, qui a une vraie histoire dans notre territoire. La solution de facilité serait de confier le "bébé" à une délégation de service public. Les entreprises de transport spécialisées, ce n’est pas ce qu’il manque ici… Pour autant, ce n’est pas ma volonté. Moi, je veux juste que soit rendu le service que les usagers sont en droit d’attendre. »

Algrange ligne de bus supprimé ? et les classes supprimées ? suite au 13 10 17

Deux articles coup sur coup sur les dysfonctionnement de la Trans Fensch...

L'employé parle des politiques et le politique dit qu'il , je cite: " Et je refuse de perdre le contrôle. ". Pourquoi ? l'état serait peut être meilleur gestionnaire  et le SMITU TransFensch géré plus logique.......et c'est là qu'il faut relire l'article sur le salarié de Trans Fensch.

 

SMITU et horaires des bus au 25 11 2020

article du 12 10 17

Transports : témoignage d’un salarié Trans Fensch : « Une situation insupportable »

Jean-Louis Hissette, 37 ans, est salarié chez Trans Fensch depuis dix ans. Il a décidé de prendre la parole, sans filtre, pour évoquer le mal-être dans l’entreprise. Et asséner quelques vérités au passage.

On a honte de dire que l’on travaille pour Trans Fensch. On trouve hallucinant que d’en être arrivé là. » Jean-Louis Hissette, 37 ans, fait partie de l’entreprise depuis dix ans. Il a aujourd’hui décidé de prendre la parole, sans filtre, et en tant que simple salarié, même pas en tant que représentant CFE-CGC. « La situation est devenue insupportable pour tout le monde. »

Derrière les dysfonctionnements sur les lignes du réseau se cache un mal-être grandissant chez les chauffeurs et les cadres administratifs. « Ceux qui bossent sont à bout. On travaille dans l’urgence permanente, à compenser les absences. »

« Ceux qui bossent en ont ras le bol »

Car tous les maux de Trans Fensch , ou presque, viennent de là : un taux d’absentéisme record, qui a atteint 30 % ces dernières semaines. « Il n’y a pas que des fainéants, certains salariés sont vraiment malades. Mais nous avons des accords d’entreprise, faits à la base pour protéger les salariés. Sauf qu’une partie, une petite minorité, a trop bien assimilé le système et en profite » , dénonce Jean-Louis Hissette. « Ces attitudes créent un cercle vicieux et ceux qui bossent en ont ras le bol. » Des propos qui ont le mérite d’être clairs. « Pourquoi la rentrée s’est si mal passée ? On a eu jusqu’à 65 absents par jour, 65 ! Comment on fait ? » , s’interroge celui qui est aujourd’hui adjoint au pôle management/sécurité. « Le problème est là et il faut le dire : trop de personnes n’agissent que dans leur propre intérêt et s’en foutent de comment avance l’entreprise. Certains passent leur temps à se demander comment ils pourraient toucher un chèque pour se barrer. C’est inacceptable. » Une partie des absences s’explique également selon lui par des raisons générationnelles : « Quand je suis arrivé en 2007, les conducteurs entraient parce qu’ils avaient envie de faire ce job, parce qu’ils l’aimaient. Maintenant pour beaucoup c’est juste alimentaire… »

« Prendre des décisions impopulaires »

Au-delà du coup de gueule, Jean-Louis Hissette souhaite témoigner de la souffrance que cette situation engendre chez la majorité du personnel Trans Fensch : « Nous sommes 330 salariés, dont plus des trois quarts bossent tous les jours. Tous ceux-là prennent pour les autres, encaissent, compensent. C’est vraiment usant. » Mais comment changer la donne ? « La direction doit avoir le courage de prendre des décisions impopulaires. »

Loin de charger sa direction, bien au contraire, le salarié tient à apporter d’autres interprétations pour expliquer les dysfonctionnements chroniques chez Trans Fensch , notamment en matière de gestion : « La direction générale devrait avoir les pleins pouvoirs, or aujourd’hui elle ne les a pas. De plus, certains élus du Smitu s’immiscent trop dans le fonctionnement de l’entreprise, alors qu’ils devraient davantage jouer leur rôle d’Autorité organisatrice de la mobilité durable (AOMD). » Selon lui, les nombreux changements de statuts et de présidents depuis 2011 ne favorisent pas non plus une grande stabilité.

« Nous sommes toujours en train de nous demander ce que nous allons devenir. Tout le monde est inquiet pour l’avenir et a conscience que l’on ne peut pas continuer comme ça » , conclut-il.

François PRADAYROL.

Dans la série on nous roule dans la farine...

voir même on nous prend pour des....

L'on connait tous les problèmes actuel avec les transports en commun Citéline transfensch.

A les écouter et lire l'on croirait que nos élus viennent de le découvrir.

Le dernier en date est le Président du Val de Fensch et Maire de Fameck qui se fend d'un texte alambiqué sur le sujet pour se dédouaner des responsabilités.

Il s'étonne des problèmes et demande à voir le Président du SMITU.

Il oubli juste de dire que les représentants du Val de Fensch ( donc les gens dont il est Président) sont les mêmes qui ont voté à la quasi unanimité la réduction des services de Citéline après quoi tous le monde gueule ! Le seul représentant du Val de Fensch qui a voté contre c'est Peron (qui a oublié d'en avertir la population à l'époque, mais bon, il courait après la députation c'est presque une excuse).

Donc en gros nos élus du Val de Fensch, représentant des communes, ont voté un truc sans en connaitre les conséquences...voir sans rien en connaitre du tout. Et maintenant ils vont tenter d'éteindre le feu qu'ils ont allumé.

Petite remarque supplémentaire ces mêmes élus siègent  aux  conseils municipaux, à la Communauté d'agglomération du Val de Fensch et au SMITU....à minima sans compter le reste comment dès lors faire les choses correctement !

Et après l'on s'étonne que l'on se détourne d'eux.

 

Dans la série on nous roule dans la farine...
Algrange ligne de bus supprimé ? et les classes supprimées ? suite au 27 09 17

Il vient d'y avoir une réunion sur le sujet  dont voici l'article dans le RL.

 

SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
Algrange ligne de bus supprimé ? et les classes supprimées ?

Depuis quelques jours le sujet sur la ligne de bus E02 occupe les esprits....alors que la décision date du 4 avril...pourquoi avoir attendu la rentrée scolaire pour en parler ??? C'est vrai que le 4 avril nous sommes en période électorale pour être député !!!!!!!!

J'aurai aimé un tintamarre identique sur les TROIS fermetures de classes sur Algrange ! Batzenthal/Lorraine/Wilson pour info, eh oui trois fermetures de classes et pas un mot d'élu, pas un mouvement de parent d'élève...bref pas de vagues.......presque une omerta.

Mais revenons au sujet,  souvenons nous que la fermeture de cette ligne de bus était déjà à l'ordre du jour en 2014(article du journal ci après)....donc les élus (les mêmes) auraient dû être très vigilant sur le sujet pour que cela ne se répète pas ! Surtout que sur ce coup en plus d'être au courant ils ont participé au vote . Sans compter que le texte passé au vote à dû être longuement discuté avant.

SMITU et horaires des bus au 25 11 2020

Mais en 2017  voici la délibération sur le sujet de la suppression de la ligne E02, ou plutot des trajet du matin, ceux qui étaient présent/absent et les procurations.

 

SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020

Ci après le PPT complet de la présentation des modifications de lignes et avec les explications.

SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020
SMITU et horaires des bus au 25 11 2020

en attendant voici les deux articles du RL sur le sujet et quelques com d'élus sur FB (ou finalement parfois la langue de bois disparait).

Il faut noter aussi que la ligne ne disparait pas complétement comme on peut le constater sur le site ce CITELINE.

SMITU et horaires des bus au 25 11 2020

RL du 02/09/17

Lignes supprimées : le Smitu précise

Suite à sa décision de supprimer certaines lignes du réseau Citéline pour motifs économiques, le Smitu a essuyé les critiques de deux élus du territoire, à savoir Patrick Péron et Gaétan Cotica, respectivement maires d’Algrange et Boulange (lire notre édition d’hier).

Ces derniers ont fait savoir leur mécontentement après la suppression de la ligne 02 et 95, qui transportaient jusqu’alors les lycéens de leur commune jusqu’à l’établissement Saint-Exupery, à Fameck.

Le Smitu a tenu à apporter quelques précisions concernant ces suppressions et les réajustements opérés.

Dix-huit minutes de trajet en plus

Concernant Algrange, le syndicat affirme que la suppression de la ligne n’impacte les lycéens que le matin. En conséquence, ces derniers devront effectivement se lever huit minutes plus tôt le matin, et arriveront dix minutes plus tard au lycée, mais uniquement le matin. Ils ne perdront donc que dix-huit minutes par jour, et non trente-six comme nous l’indiquions.

Concernant Boulange, Jérôme Barbé, vice-président du Smitu, précise : « Il est totalement faux de dire que la mairie de Boulange n’a pas été prévenue. Toutes les modifications du réseau mises en place à cette rentrée scolaire ont été communiquées aux délégués syndicaux fin mars et votées lors du conseil syndical du 4 avril auquel MM. Iorio et Wanninger (qui représentent Boulange) étaient présents. Tout s’est fait en totale transparence. »

Le vice-président avance par ailleurs qu’il n’aurait pas été concevable d’avancer l’heure de départ de plus de dix minutes. À Boulange, les lycéens prendront le bus cinq minutes plus tard.

 

 

RL du 01/09/17

 

Val de Fensch : la suppression de lignes de bus scandalise les maires et parents d’élèves

Les problèmes économiques de la Transfensch ont contraint le Smitu à stopper l’exploitation de plusieurs lignes du réseau Citéline. Un choix préjudiciable pour les lycéens Algrangeois et Boulangeois qui vont devoir s’adapter. Les parents d’élèves fulminent.

Dès le début des vacances scolaires, le Smitu, le syndicat qui gère l’exploitation du réseau Citéline, avait prévenu : la situation économique plus que tendue de la Transfensch allait le contraindre à suspendre ou cesser définitivement l’exploitation de certaines lignes. Leur désignation, orientée sur les moins fréquentées du réseau, a été votée en assemblée en avril dernier.

Cinq mois plus tard, les conséquences de cette réorganisation se font déjà sentir. Se sentant lésés par la suppression des lignes empruntées par les lycéens de leur commune chaque matin, les maires d’Algrange et Boulange ont grossi les rangs des mécontents, composés de nombreux parents d’élèves.

36 minutes de trajet en plus par jour

À Algrange, la ligne 02, qui reliait directement la commune au lycée Saint-Exupery de Fameck, sera supprimée à compter du 4 septembre. Solution de rechange proposée par Transfensch et le Smitu : une ligne urbaine jusqu’à Florange, puis une correspondance jusqu’à Fameck à bord d’un bus à vocation scolaire. Huit minutes de sommeil en moins pour les lycéens, pour une arrivée dix minutes plus tard, soit 36 minutes de perdues chaque jour.

Même cas de figure à Boulange, où la ligne 95 n’a pas échappé au couperet. L’année dernière, les jeunes Boulangeois grimpaient à 6 h 59 dans un bus urbain qui les portait directement au lycée, après une petite halte à Fontoy où la ligne devenait à vocation scolaire. À la rentrée, ils devront prendre le car à 7 h, sur la ligne 96, descendre à Hayange à 7 h 30, puis prendre une correspondance à vocation scolaire à 7 h 33 pour arriver au lycée à 7 h 50. Dans un premier temps, un seul bus à 6 h 34 était prévu, mais le Smitu a fait marche arrière.

« C’est gênant cette histoire… »

« Nous sommes pris en otage, d’autant que nous n’avons pas été prévenus du changement. Nous ne pouvons pas laisser cette affaire comme ça », a réagi Gaëtan Cotica, maire de la commune, qui souhaiterait un retour à la situation initiale. « Pour l’instant, la solution proposée n’est pas du tout adaptée » , résume Marc Aubertin, un parent d’élève. « Au vu des pratiques antérieures du réseau Citéline, il est fort probable que cette correspondance ne soit pas assurée certains jours si le bus boulangeois a du retard. Les parents boulangeois et leurs enfants ne seront satisfaits que lorsqu’un aller direct Boulange-Lycée de Fameck sera remis en place » , poursuit-il.

Même son de cloche à Algrange où une pétition en ligne a été lancée par les parents d’élèves en faveur d’une autre proposition. Le maire Patrick Péron abonde dans leur sens. Lors de l’assemblée, il était l’un des rares à s’être opposé à cette réorganisation. Dans sa ville, 42 jeunes sont concernés. « Faire des économies, je suis d’accord, on peut tout regarder, mais on ne touche pas aux transports scolaires. On ne sait d’ailleurs pas quelles sont les économies concrètes. C’est gênant cette histoire… » Il plaide pour un bus commun aux communes de Knutange, Nilvange et Algrange. Le maire a prévu de rencontrer Jean-Marie Mizzon ce lundi. « S’il veut rétropédaler, il le peut encore. » Une façon de mettre la pression sur le président du Smitu, le jour de la rentrée.

RL du 01/09/2017

 

Jean-Marie Mizzon : « On doit faire face à des contraintes financières drastiques »

Le président du Smitu, Jean-Marie Mizzon, justifie la décision de supprimer des lignes par souci d’économie, et avec la volonté de pérenniser les emplois chez Transfensch.

La situation économique très fragile de Transfensch n’est un secret pour personne. Le climat social délétère qui y règne mine d’autant plus une entreprise qui doit composer avec des effectifs toujours plus limités. Depuis des mois, l’image de la société est écornée par ces problèmes récurrents. Une situation difficile sur laquelle s’appuie Jean-Marie Mizzon, le président du Smitu, pour justifier les choix de l’assemblée de supprimer certaines lignes à la rentrée.

« J’hérite d’une situation compliquée, on essaye de trouver des solutions acceptables pour tous » , explique-t-il. « Ma priorité, c’est de sauver les emplois » , poursuit-il. Pour y parvenir, le président entend s’attaquer à la seule marge de manœuvre dont il dispose : les coûts de fonctionnement. « On doit faire face à des contraintes financières drastiques. On ne peut pas continuer de la même façon. C’est un souci d’économie d’argent public. »

« Ce n’est pas de gaieté de cœur »

Cette année, les bus rouleront donc 400 000 km de moins, soit 1 million d’euros d’économie. Dans la balance, des lignes empruntées par les lycéens ont été supprimées. Jean-Marie Mizzon assume, et balaye les critiques dont il a fait l’objet : « Patrick Péron connaît la situation. À l’entendre, il est du côté des gentils, et moi des méchants. Je suis plutôt du côté des responsables. »

Sur les perturbations des lignes à vocation scolaire, le président du Smitu ne voit pas là un bouleversement majeur pour les lycéens : « Les adolescents n’auront que quelques mètres à marcher. Ceux d’Algrange arrivent dix minutes plus tard au lycée. Mais ce sont des lycéens, pas des enfants. On ne demanderait pas cet effort à des enfants de primaire. Ce n’est de toute façon pas simple d’organiser un transport scolaire quand on doit faire des économies. »

Il conclut : « Je regrette de devoir faire cela, ce n’est vraiment pas de gaieté de cœur… »

 

Sur FB Jean Marc Heyert répond à Patrick Peron...un instant magique sans langue de bois...ou peu !

J'admire le parcours politique de Patrick que je considère comme un ami de longue date! mais sur ce coup là, je suis désolé je n'adhère pas du tout à ses propos qui sont à mes yeux démago et irresponsable!!! Les comptes de la TransFensch et du SMITU (qui alimente en tant qu'AOT) sont en déficites de cette société. Patrick connait très bien la situation puisqu'il siège au SMITU. Il y a eu des réunions de travail tenu par des techniciens et des élus de toutes les tendances politique pour optimiser le transport! j'en profite pour saluer l'excellent travail de ces personnes, car ce ne sont pas des bouts de chandelles comme le dit Patrick! sauf si on regarde que pour Algrange! mais en tant qu'élu du SMITU, il sait très bien que se sont les 35 communes qui font cet effort! et comme 35 fois des bouts de chandelles ça fait une économie qui n'est pas négligeable au regard des comptes. Donc, que va t-il se passer pour les adolescents d'Algrange? ces jeunes vont descendre à la Centrale pour prendre un autre bus sur le trottoirs d'en face!! avec une correspondance assurée (le chauffeur ne part pas tant que les jeunes n'ont pas embarqué. Je ne vois pas ou Patrick sort ses 2x20mn! pour les intempéries version Germinal pour Patrick, il est de bon ton de vous préciser qu'à la Centrale il y a des abris des 2 côtés de la route donc pour la pluie il n'y aura pas de soucis et peut être moins qu'à l'embarquement puisque je ne sais pas s'il y a des abris à tout les arrêts d'Algrange!!! je tiens aussi à relativiser aussi sur ces jeunes qui sont des lycéens et non des gosses d'école primaire, ils ont entre 15 et 18 ans et lorsqu'ils se promènent le Samedi à Fameck ou dans le Linkling de Thionville, ils prennent différents bus sans le moindre soucis! Patrick se vante de jouer les Robin des bois de bac à sable au SMITU en votant contre avec la maire de Gandrange (qui lui à d'autres soucis) contre l'ensemble des élus toutes familles politique rassemblée!! je suis désolé, mais en Démocratie lorsqu'un vote fait 50 pour et 2 contre on peut légitiment se dire qu'il fallait passer par cette décision douloureuse certes, mais responsable au regard des indicateurs économiques. Je suis désolé de sortir de ma réserve, mais je ne supporte plus la démagogie et je suis ravi de raccrocher au terme de mon mandat. Fatigué, usé et voir agacé! place aux autres et aux plus malins.

Il existe aussi une pétition en ligne:

https://www.mesopinions.com/petition/enfants/retablissement-ligne-e02/33029

Partager cet article
Repost0

commentaires

Cerbouc 08/09/2018 09:17

Voilà comment nos bons élus à l'aide du smitu ont laissés la situation se pourrir ! Un moment il y avait carrément 3 directeurs dans cette entreprise! Tout est à refaire à la trans-misère. Des chauffeurs très désagréables (pour ne pas dire des cons), des chauffeurs qui ne font que draguer de très jeunes filles (et le pire c'est que ces chauffeurs si particuliers sont sur les lignes scolaires ou les plus fréquentées). Des contrôleurs à qui il ne manque que l'étoile du shérif ! Bref, tout est absolument à refaire dans cette entreprise qui coûte un pognon monstre, malgré l'augmentation de ses titres de transport et les subventions qui partent en fumé.
JE NE VOIS QU UNE SOLUTION : DE LA CONCURRENCE !

Urgo 17/10/2017 20:19

"Trans-Fensch", est-ce une entreprise privée ou semi-publique fonctionnant avec des subventions ? Dans le second cas, c'est normal que ça ne fonctionne pas bien, quand les "politiques" s'en mêlent. Ils n'ont aucune expérience dans ce domaine. Je vois rouler des bus siglés "Citéline", et d'autres "Veolia". Mais on ne voit plus apparaître le sigle "Trans-Fensch". On n'y comprend plus rien.

Martine 14/10/2017 06:42

Bonjour! Sans compter que les bus sont pleins! Lundi, mon fils se rendait au lycée de Thionville au départ d'Hettange-Grande. Le chauffeur s'arrête et lui dit qu'il n'y a plus de place et d'attendre le prochain bus. Il n'y en a pas. Pourtant il y avait des places debout! C'est un stress pas possible pour les enfants! Ils ratent des heures de cours! lamentable! Voilà pour mon coup de gueule du jour! Bon w-e malgré tout! Biz!

Présentation

  • : Le blog de Denis Algrange
  • : Un Blog sur Algrange, son passé, son présent et son avenir Le principal fil conducteur est tout ce qui touche à Algrange. Nombreuses photos de la ville d'aujourd'hui et d'hier.
  • Contact

Participez

Vous pouvez compléter les informations en m'écrivant à l'adresse suivante:
algrange.a.travers.le.temps@gmail.com

Recherche

Texte Libre

La Zone Noire